jeudi 25 septembre 2008

EDITH PIAF

3 commentaires:

nancipena a dit…

Super cette série.
Dommage que tu ne t'attaches qu'aux XIX et XX èmes siècles, j'aurai bien aimé voir Henri II et son oeil transpercé par une lance. Et aussi Eschyle, parce que dessiner un impact de tortue dans la gueule doit constituer un véritable défi.

Francky 01 a dit…

Salut Frederik !
Je viens de découvrir ton blog. Quel régal. Comme dans un nouvel appart', je visite, farfouille, fouine, squatte le canapé (bien agréable).
Cela me fait drole de t'écrire car j'apprécie énormément ton travail, ton oeuvre ! Cet été, j'ai acheté et dévoré "Ruminations". Quel choc, quel shoot bédéphile, 100 % pur !
Cet album m'a vraiment touché. Sur la plage, aux terrasse des café, le soir dans ma chambre, partout je l'avais avec moi et y revenais sans cesse ! J'aime comment tu alterne le noir et blanc avec la couleur, le muet ("uosidedown") avec le dialogue, comment tu passes du western façon Brautigan à la science-fiction ("Darius et l'an 3000"), au polar ("la victime"). Et ces histoires entre (fausse) réalité et onirisme.
J'hallucine de voir tes audaces formelles, narratives et thématiques. Certaines de tes courtes histoires en disent autant sur la condition humaine que de long discours sociologique.
Et "Les pilules bleues" !
Actuellement, je suis en pleine lecture de ta série "Koma".
J'arrête mes compliments mais n'y vois nul fayotage, juste la sincère admiration d'un trentenaire pour ton oeuvre ! Merci et à + !!!!!

portraitsaslivingdeads a dit…

>Nancipena, salut tout d'abord. Et peut-être, par la suite, ferai-je une série spéciale "grande histoire", oui, pourquoi pas. Mais, c'est plus compliqué de savoir à quoi ressemblait Eschyle que Jim Morrison. Et puis je dois faire une série avec des gens vivants d'abord. Plus tard.
>Et euh, Franky, salut, et merci pour les gentils mots très précis.